Financement

C’est quoi un emprunt obligataire ?

C'est quoi un emprunt obligataire

Dans le domaine de la finance, les emprunts sont octroyés suivant diverses modalités. Pour accéder à un prêt à rembourser en une seule fois, l’emprunt obligataire est peut-être la meilleure option dont vous disposez.

C’est un titre de créance qui est accordé suivant un taux fixe ou variable selon les accords conclus entre l’emprunteur et l’investisseur. Désireux de prendre un emprunt obligataire ? Faites ici le point sur cette notion financière intéressante et ses particularités. Tour d’horizon sur l’emprunt obligataire.

A découvrir également : Découvrez les points forts et les limites de l'assurance emprunteur

Emprunt obligataire : de quoi s’agit-il ?

L’emprunt obligataire est un instrument financier qui permet à un emprunteur de se financer hors du circuit classique de prêt. Il est octroyé par une personne morale qui peut être une collectivité publique, une entreprise privée ou une entreprise publique. L’emprunt obligataire peut également être émis par l’État.

L’objet de l’emprunt obligataire est un titre de créance. Il s’agit d’une dette que le créancier est tenue de rembourser à une date fixe qu’il aura décidé lui-même. Le montant de l’emprunt est fixé d’avance et il engendre un intérêt à payer par échéance jusqu’à la date de remboursement. Le capital doit être impérativement payé à la date fixée pour le remboursement.

A lire aussi : Pourquoi les banques refusent un prêt ?

Pour obtenir un emprunt obligataire, l’emprunteur doit émettre des obligations tout en respectant les conditions requises. Ces obligations doivent être achetées par des investisseurs qui sont intéressés. Le taux d’intérêt que ces derniers percevront peut être variable ou fixe. Cette taxation est appliquée sur la totalité du montant d’emprunt, c’est-à-dire sur le capital emprunté.

Quelles sont les caractéristiques d’un prêt obligataire ?

L’emprunt obligataire est une alternative au prêt bancaire classique lorsque ce dernier présente des conditions auxquelles l’emprunteur ne peut pas adhérer. Cette modalité d’emprunt a des caractéristiques précises qui le définissent : le taux d’intérêt, les coupons, la durée et les conditions de remboursement.

quoi un emprunt obligataire

Le taux d’intérêt est la taxation fixe ou variable qui est appliqué au montant total emprunté. Lorsque le taux est fixe, les coupons sont invariables et sont versés régulièrement tous les trois mois ou tous les ans selon les termes prévus par l’emprunteur.

Lorsque le taux d’intérêt est variable, les obligations émises sont à court terme. Les coupons à payer diffèrent en fonction de la dynamique du marché financier sur lequel le capital est investi. Ce type de taxation offre une certaine protection contre les fluctuations (hausse des prix) aux investisseurs. Quel que soit le type de taux auquel l’emprunteur souscrit, il doit être appliqué à la somme totale du capital.

Les coupons représentent les échéances des intérêts à payer lorsqu’on a recours à un emprunt obligataire. Le montant d’un coupon dépend du taux d’intérêt et du capital. Il peut être payé de façon mensuelle, trimestrielle ou annuelle. Ce type d’emprunt présente de réels avantages aussi bien pour les entreprises que pour les particuliers. Il leur permet de sécuriser leur capital tout en obtenant des revenus réguliers.

Quels sont différents types d’emprunt obligataire existants ?

Les emprunts obligataires sont de diverses sortes.

  • Les emprunts d’État: ce sont des émissions de titres auxquelles sont appliquées de faibles taux. Ces obligations sont accordées en France par le Trésor public. On parle d’Obligations Assimilables du Trésor.
  • Les emprunts corporate : ce sont des emprunts obligataires octroyés par des entreprises privées. L’intérêt appliqué sur l’emprunt sera proportionnel à la solidité financière des entreprises. Plus la signature de l’entreprise est de qualité, moins l’intérêt à payer est important.
  • Les emprunts octroyés par les collectivités locales, des organismes publics, ou encore des entreprises privées sont à un taux plus élevé que ceux de l’État.

Ces trois types d’emprunt obligataire sont émis après le calcul du capital à prêter.

Comment calculer un emprunt obligataire ?

Ce calcul se fait par l’emprunteur. Après avoir déterminé la somme concrète dont il a besoin, ce dernier doit prévoir un nombre d’obligations à émettre. Ensuite, il divise la somme par le nombre d’obligations pour déterminer le montant des titres à rembourser à chaque échéance.

Il est possible que la modalité du remboursement soit suivant un amortissement constant ou une annuité constante. Voilà ce qu’est un emprunt obligataire.

Quels sont les avantages et les risques d’un emprunt obligataire ?

L’emprunt obligataire présente plusieurs avantages pour l’émetteur. Il lui permet de lever des fonds rapidement et à moindre coût par rapport aux autres formules de financement. Effectivement, les obligations offrent une source de financement externe qui peut être moins onéreuse que les prêts bancaires traditionnels.

Les échéances du remboursement sont fixées à l’avance et le taux d’intérêt est connu dès le départ. Cela offre une certaine stabilité financière à l’émetteur, qui peut ainsi planifier ses flux de trésorerie sur le long terme.

Pour les investisseurs, l’emprunt obligataire présente aussi des avantages attractifs. Les obligations offrent généralement un rendement supérieur à celui d’autres placements tels que les dépôts bancaires ou les produits monétaires.

Elles peuvent être négociées sur le marché secondaire, ce qui offre aux investisseurs la possibilité de céder leurs titres en cas de besoin de liquidités immédiates. Cette liquidité accrue constitue un avantage appréciable pour ceux qui souhaitent diversifier leur portefeuille financier tout en ayant la possibilité d’accéder facilement à leurs capitaux si nécessaire.

Malgré ces avantages, certains risques subsistent dans ce type d’investissement. Parmi ceux-ci figurent notamment le risque de défaut (ou risque crédit), c’est-à-dire la possibilité que l’émetteur ne puisse pas honorer ses obligations en temps voulu.

Il existe aussi un risque lié au taux d’intérêt : si celui-ci augmente, la valeur des obligations déjà émises sur le marché peut diminuer. Les investisseurs risquent donc de subir une perte en capital s’ils décident de revendre leurs titres avant l’échéance.

Il faut mentionner le risque de liquidité, qui se réfère à la possibilité que les obligations ne puissent pas être facilement vendues sur le marché secondaire en raison d’un manque d’acheteurs intéressés.

Il faut bien prendre conscience de ces risques et évaluer leur tolérance au risque avant de s’engager dans un emprunt obligataire. Une analyse approfondie des caractéristiques spécifiques des obligations et du profil financier de l’émetteur est fortement recommandée afin d’optimiser ses chances de succès et de minimiser les perturbations potentielles.

Comment investir dans des obligations ?

Pour investir dans des obligations, pensez à bien suivre quelques étapes clés. Pensez à bien définir vos objectifs d’investissement et votre profil de risque. En effet, chaque investisseur a des attentes spécifiques en matière de rendement et de tolérance au risque.

Une fois ces éléments clarifiés, il est temps d’effectuer une recherche approfondie sur les différentes obligations disponibles sur le marché. Il existe une grande variété d’émetteurs possibles tels que les gouvernements, les entreprises privées ou encore les institutions financières. Chaque émetteur présente ses propres caractéristiques en termes de taux d’intérêt offerts, de durée des obligations et de notation par les agences de crédit.

La prochaine étape consiste à analyser la qualité du crédit de l’émetteur. Les agences spécialisées attribuent des notations aux émissions obligataires afin d’évaluer leur niveau de risque. Pensez à bien comprendre cette notation car elle influence directement le rendement attendu et le niveau potentiellement plus élevé ou moins élevé du risque associé à l’emprunt obligataire.

Une fois cette analyse effectuée, l’investisseur peut procéder à l’achat des obligations sélectionnées en passant par un courtier ou une institution financière qui propose ce service. La négociation se fait généralement sur le marché secondaire où les prix varient en fonction de l’offre et de la demande.