Investissement

Les avantages fiscaux de l’achat en viager

Les avantages fiscaux de l'achat en viager

L’achat en viager est une forme d’acquisition immobilière qui consiste à acheter un bien immobilier tout en payant une rente mensuelle à son propriétaire jusqu’à son décès. Cette forme d’achat présente de nombreux avantages fiscaux, notamment la possibilité de réduire ses impôts sur le revenu, d’être exonéré de taxe foncière et de déduire les intérêts d’emprunt.

Dans cet article, nous allons détailler ces avantages fiscaux de l’achat en viager et vous donner les clés pour en bénéficier.

A lire en complément : Est-il intéressant d’investir dans un EHPAD ?

Comment fonctionne l’achat en viager

Le principe de l’achat en viager

L’achat en viager est un contrat dans lequel l’acheteur règle un prix d’achat avec un complément de rente mensuelle qui est versé au vendeur, jusqu’à son décès. L’acheteur devient propriétaire du bien dès la signature du contrat, mais il ne peut pas en disposer librement tant que le vendeur est encore vivant.

La vente en viager est basée sur le principe de l’aléa, c’est-à-dire que ni le vendeur ni l’acheteur ne peut prévoir le montant final de la vente en raison de l’incertitude liée à la date de décès du vendeur. Cette incertitude est un élément fondamental de la vente en viager. Si l’aléa venait à manquer, par exemple si le vendeur décède dans les 20 jours suivant la signature de l’acte de vente alors qu’il était déjà malade au moment de la signature, la vente pourrait être annulée.

A lire en complément : Qu’est-ce que des parts de SCPI ?

Les différents types d’achats en viager

Il existe deux types d’achats en viager : le viager libre et le viager occupé.

Dans le cas d’un viager occupé, le propriétaire cède la propriété de son bien à l’acheteur tout en conservant le droit de l’occuper jusqu’à son décès. Il peut donc continuer à y vivre normalement. Au contraire, dans le cas d’un viager libre, le propriétaire cède la propriété du bien à l’acheteur qui peut immédiatement en prendre possession et l’utiliser dès la signature de l’acte de vente, sans attendre le décès du propriétaire.

Les avantages fiscaux de l'achat en viager

Les différents acteurs impliqués dans un achat en viager :

  • Le vendeur : propriétaire du bien qui cède la propriété de celui-ci en contrepartie d’une rente mensuelle.
  • L’acheteur : personne qui achète le bien en payant une rente mensuelle au vendeur.
  • Le notaire : officier public chargé de rédiger et d’authentifier le contrat de vente en viager.
  • Les compagnies d’assurance : elles peuvent proposer des produits d’assurance pour garantir les risques liés à la longévité du vendeur.

Les avantages fiscaux de l’achat en viager

Réduction d’impôts sur le revenu : L’achat en viager permet de bénéficier d’une réduction d’impôts sur le revenu, car les rentes versées au vendeur sont empêchées comme des charges déductibles. Cette réduction d’impôts est calculée sur la base de la durée de vie du vendeur, et peut aller jusqu’à 20 % de la rente annuelle.

Exonération de taxe foncière : L’acheteur d’un bien en viager est exonéré de taxe foncière pendant la durée de vie du vendeur. Cette exonération prend fin dès le décès du vendeur.

Possibilité de déduire les intérêts d’emprunt : si l’acheteur a contracté un emprunt pour financer l’achat en viager, il peut déduire les intérêts d’emprunt de ses revenus fonciers. Cette déduction est possible dans la limite des intérêts réellement payés.

Pour l’acheteur, l’achat en viager offre la possibilité de répartir le paiement du bien immobilier via une rente mensuelle qui est versée au vendeur jusqu’à son décès. Cela permet de ne pas avoir à payer le prix total d’un coup, tout en évitant les frais liés à un crédit bancaire. Cependant, il est important de noter que l’achat en viager comporte un certain degré d’incertitude, car la durée de vie du vendeur est imprévisible et peut affecter le montant total de la rente.

En résumé, l’achat en viager peut offrir l’opportunité d’acquérir un bien immobilier à un prix inférieur à sa valeur réelle, mais il est important de prendre en compte les risques liés à l’incertitude de la longévité du vendeur.